Suivre Casablanca dans sa transformation en ville intelligente
Posted by

Suivre Casablanca dans sa transformation en ville intelligente

Le modèle des « smart cities », ou villes intelligentes, est en pleine effervescence. De Barcelone à Séoul, en passant par Amsterdam, les exemples ne manquent pas. Mais qu’en est-il des villes dans les pays émergents? Casablanca, capitale économique du Maroc, emboite le pas avec le lancement du cluster e-Madina, destiné à transformer la ville la plus peuplée du pays, en ville plus intelligente.

 

Depuis le 29 avril 2015, Casablanca dispose de son propre « think tank » de la ville intelligente. L’objectif est de rendre la ville interconnectée, attractive et efficace dans l’ensemble de ses services dans le but d’améliorer la qualité de vie de ses résidents et de pallier aux disparités tant économiques, sociales que culturelles.

 

Dans cette optique, il s’agit premièrement de collecter des informations précises sur les tendances de vie locales afin de mieux comprendre l’écosystème urbain et de proposer des solutions optimales sur le long terme. Casablanca devient ainsi un « living lab », ou une ville laboratoire. Les projets annoncés prévoient une intervention sur de nombreux services clés liés à l’éducation, le logement, la santé et l’environnement. Ils seront mis en place principalement à travers l’usage de technologies mobiquitaires, c’est à dire mobiles et omniprésentes, comme les cellulaires qui donnent accès à des sites internet, des plateformes collaboratives et des applications open source.

 

Pour opérer cette mutation urbaine, un point d’honneur est mis sur la collaboration des différentes parties prenantes (institutions publiques, privées et société civile) afin qu’elle réponde aux besoins réels des usagers. Cette approche permet de reconstruire les liens communautaires entre les résidents et a des impacts concrets sur le développement de l’économie sociale de Casablanca. En parallèle, elle permet de cibler les particularités et les opportunités de la ville afin d’établir une stratégie de développement basée sur l’innovation sociale, tout en minimisant les coûts de déploiement.

 

De même, on mise beaucoup sur les partenariats en recherche et développement (R&D), notamment entre les universités et les entreprises, afin de stimuler l’entrepreneuriat auprès des jeunes et, à terme de mettre en place des incubateurs pour leur permettre de lancer leurs projets, développer leur pays, voire d’exporter leurs savoir-faire outre-frontière.

 

> Pour en savoir plus : Livre blanc 2.0 e-Madina

 

Crédit Photo : Nathan Guy

0 0 493 06 mai, 2015 Innovations sociales, International mai 6, 2015

Facebook Comments

Articles sur le même sujet