Pivoter : l’art d’avouer nos erreurs

Pivoter : l’art d’avouer nos erreurs

« L’important n’est pas la destination mais le voyage » – Robert Louis Stevenson
Il y a un an, une belle expédition nommée La Route des Possibles débuta. On imagina un autobus avec des jeunes porteurs de projet parcourant le Québec à la rencontre des pionniers du territoire afin qu’ils soutiennent les jeunes dans la mise en place de leur vision.

 

Un an plus tard, nous nous retrouvons dans un cul-de-sac qui nous oblige à faire un détour pour continuer sur une autre route. Cette déviation n’empêche pas cependant de maintenir la même destination. Une chose est sûre : les efforts ne mènent pas forcément à la réussite. Retour forcé aux bancs d’école.

Ce pivot nous force à nous remettre en question, et surtout à analyser les erreurs et les maladresses que nous avons pu commettre. Ci-dessous, vous pourrez lire le début d’une réflexion que nous souhaitons nourrir avec vos avis et points de vue.

 

  • Positionnement

Lorsque l’on part une entreprise, il faut commencer par identifier le consommateur principal et ses besoins. Répondre à ces deux questions permet de se distinguer de la compétition et de vendre son produit ou service. Lorsque l’on est une structure de soutien, comme l’est La Route des Possibles pour les futurs entrepreneurs sociaux, il faut donc pouvoir identifier qui ils sont.

Nous avons eu le réflexe de penser que les entrepreneurs sociaux étaient des jeunes comme nous : tout juste sortis de l’université. Ceci dit, une statistique permet de remettre en question cette hypothèse : en 2012, 80% des jeunes universitaires trouvaient un emploi dans leurs domaines d’étude (MESRS QC, 2012).

Pourquoi? Peut-être parce qu’il est logique et sécuritaire d’acquérir une expérience professionnelle avant de se lancer en affaire.

Le consommateur que nous avions identifié n’était ainsi peut-être pas le bon.

 

  • Timing et communication

L’entrepreneur en série Bill Gross disait que la raison principale de l’échec en entrepreneuriat était le timing. Airbnb a commencé en 2008 suite à la crise économique, au moment où les gens étaient prêts à sous-louer leur appartement pour combler leur revenu. En 2014, était-ce le bon moment pour la Route des Possibles?

L’entrepreneuriat social est un concept naissant au Québec. Lorsque l’on demande aux personnes de présenter des idées d’entreprises sociales, encore trop peu de personnes sont capables de s’identifier à ce concept, ou même de le définir. Faites l’expérience: demandez à 100 personnes de vous définir l’entrepreneuriat social et vous obtiendrez 100 réponses différentes.

En effet, pour rallier une communauté autour d’un concept, nous aurions dû mieux, ou d’avantage, définir ce concept. Dans sa définition la plus large, l’entrepreneuriat social inclut toute sorte d’activités qui bénéficient socialement (et/ou écologiquement) à une communauté. À certains moments cette définition inclusive peut être bénéfique. En revanche, à l’heure où ce mouvement doit rallier les acteurs principaux, il devient difficile de communiquer ce que c’est. Communiquer sur un concept aussi vague nous a joué des tours.

Il faut donc avant tout observer et comprendre l’environnement dans lequel le futur écosystème de l’entrepreneuriat social se déploiera au Québec. Cela permettra au mouvement de se positionner et de laisser place à des initiatives comme la Route des Possibles de se déployer.

 

En effet, ces différents facteurs expliquent en partie que nous n’avons pas reçu le nombre de candidatures escomptées pour pouvoir faire la tournée. De plus, s’appuyant sur l’hypothèse selon laquelle on accueillerait un public universitaire a modelé la création du programme pédagogique. En recevant les candidatures d’un public différent, notre pédagogie ne correspondait pas aux profils reçus.

Pour repartir du bon pied, nous allons donc prendre le temps de mieux comprendre le milieu dans lequel on travaille et s’assurer que l’on coordonne nos actions pour faire émerger ce mouvement au Québec.

Pour arriver à nous positionner nous aurons besoin de vos connaissances et d’écouter votre vision.

 

Dans le cadre d’un partenariat avec ZEBREA, l’équipe de La Route des Possibles s’exprime à travers une chronique bi-mensuelle sur différentes thématiques relatives à l’entrepreneuriat social, mettant en avant ses expériences et les leçons apprises dans l’organisation de ce projet.

0 1 299 10 juin, 2015 La Route des Possibles juin 10, 2015

1 comment

  1. Pingback: Pivoter : l’art d’avouer nos erreur...

Comments are closed.

Facebook Comments