Building movements of movements with Al Etmanski
Posted by

Building movements of movements with Al Etmanski

 

On the first Thursday of every month, the #lunchIS  is your opportunity to meet inspiring social innovators. As part of the Rendez-vous de l’innovation sociale on Thursday, June 4, our sixth guest speaker was Al Etmanski, community organizer, social innovation project leader, and author of IMPACT: Six Patterns to Spread Your Social Innovation.

 

Could you tell us about your own story and how you started with PLAN (Planned Lifetime Advocacy Network) in the emerging field of social innovation?

 

When we started PLAN, my wife, Vickie, and I knew nothing about social innovation and social enterpreneurship. We were simply responding to the needs of families who had children with disabilities. We were worried about what would happen to them when their parents would die and wanted to offer a solution. It was the first time in history that children with disabilities were outliving their parents all over the world. However, nothing was done.

We started with a pilot project: our objective was to work with 75 families over three years. We quickly realized how important it was to reinvent the concept of disability in order to solve this challenge. This is also how we discovered that the two biggest obstacles faced by people with disabilities are social isolation and poverty.

In my view, at the beginning of every social innovation lies two main reasons: first, there is a need. We usually say « necessity is the mother of invention ». In this case, love is the other parent. Through our project, we responded to a need, but we also responded to the parents’ love.

For PLAN to work on a long-run, we realized that we also needed to help families in becoming independent from governement money, as subventions imply too many strings. With this realization in mind, we decided to become an independent social enterprise.

The project at the beginning was really precarious. Gradually, we learned to recognize our assets: all the parents wanted to have wills and life insurance policies. From this, we figured out a way to sell this intellectual property to banks, credit unions and law firms. They represented a large number of new clients ready to sign. This was the starting point of the first Registered Disability Saving Plan that we created.

 

 

You are a founding partner of Social Innovation Generation (SiG). How does this organization support social innovators and our field?

 

PLAN as an organization quickly received a lot of attention and rewards in Canada. Many foundations were interested in funding the project. Our work was also recognized by Ashoka, and I was elected as a Global Ashoka Fellow. However, we were not fully satisfied. We realized that in order to achieve our ambitions, it would take us 100 lifetimes to ever make a real difference in reducing the poverty level and social isolation of people with disabilities. Despite all the successes in the short-term, we could not see any long-lasting impacts that would allow for these issues to be eliminated. After a long reflection, we reached the conclusion that we needed to leave PLAN, in order to work at another level.

At that time, the J.W. McConnell Family Foundation approached us. They were facing a similar issue, and were questioning the long-lasting impact of several projects they were funding. We started an exploration together, which led us to start SiG, Social innovation generation. With SiG, our objective was to support successful start-ups that had alreday proven they could work and help them grow at another scale. We realized that it is much harder than what we thought it would: It often requires to leave the initial start-up behind, in order for this innovation to scale up and reach a level where everyone can benefit from it. Here is the real challenge.

We also need to be very careful with not always chasing newness and novelty. There are already a lot of solutions and social innovations that can tackle a lot of different issues.

 

 

Your new book talks about lasting impact and the six patterns to spread a social innovation. So how do they work together? 

 

First of all, I use the word “pattern”, and not strategies, because referring to strategies usually means  going from point A to point B. The strategy highlights the predicted way and helps facing hazards. However, in the case of social innovations, there is no point B: we are instead gravitating in an world of ambiguity and uncertainty.

Thinking in terms of patterns implies thinking about connections between events and relationships. It allows to connect the dots and to reveal a much deeper pattern. This is why I believe we need to more attentive to patterns. This way, we can better deal with surprises and unpredictability.

In order to introduce you to the different patterns I identified in my book, I would highlight a new fact: we need to create « movements of movements ». If you accept, as I do, that we already have enough social innovations and social enterprises that are proven to work, the main challenge is to get those to scale up and spread by working together. It means working with allies and friends, but also with strangers and adversaries. Movements are the best ways to think inclusively, with no one in charge. It surely involves social innovators, but also and mainly, all individuals. Then, it becomes a personal or an organisational responsibility to decide what their contribution to the movement will be.

People who are part of a movement have the capacity to change cultures, people’s attitude and people’s beliefs. This is the basis for our politicians to have the courage to make the decisions that they need to make.

As an example, in the disability world, there are hundreds of separate organizations which do not communicate enough and whose actions sometimes go in opposite directions. Therefore, the first step is to create a movement of awareness among all the players in this field. However, we also need to realize that the issues faced by people involved in the disability world are quite similar to the ones faced by those taking care of the elderly, or family care giving. There is hence a possibility to create a movement and join forces. The most common issue faced by all these actors is social isolation: as the movement would get bigger, it could ddress urban loneliness in a more efficient way.

 

 

You were appointed to The Order of Canada with Vickie Cammack. What does it mean to you and for the social innovation field?

 

Of course, it is very satisfying to Vickie and I. But this appointment is also very interesting. We see it as an opportunity to get back in contact with people that we had hurt through our work. The Order was an opportunity for reconciliation.

In parallel, I am trying to use this position to praise the legitimacy of all social innovations that are taking place. This is my one purpose now: I want to shed light on the good work that is being done, particularly by the younger generation. They are not given the chance and the credit they deserve for their hard work. So, my goal is to convince Canadians about their talents, ingenuity and creativity.

 


 

« Construire des mouvements de mouvements » avec Al Etmanski

 

Chaque premier jeudi du mois, les rendez-vous #lunchIS sont une opportunité unique d’aller à la rencontre des acteurs les plus inspirants du secteur de l’innovation sociale. Ce jeudi 4 juin, c’est dans le cadre du Rendez-vous de l’Innovation Sociale que s’est déroulée la sixième édition. Notre équipe a reçu Al Etmanski, entrepreneur social et auteur du livre IMPACT: Six Patterns to Spread Your Social Innovation.

 

 

Pouvez-vous nous parler de votre histoire et de vos débuts dans le domaine de l’innovation sociale avec PLAN (Planned Lifetime Advocacy Network)?

 

Lorsque nous avons commencé PLAN, ma femme, Vickie et moi ne connaissions rien à l’innovation sociale ou à l’entrepreneuriat social. Nous répondions simplement aux besoins de familles ayant des enfants handicapés. Nos étions inquiets de ce qui pourrait leur arriver lorsque leurs parents viendraient à disparaître, et nous voulions trouver une solution.

Nous avons commencé avec un projet pilote: notre objectif était de réussir à travailler avec 75 familles sur trois ans. Nous avons très vite réalisé l’importance de réinventer le concept du handicap afin de relever ce défi. C’est également cette démarche qui nous a fait découvrir les deux principaux obstacles que doivent surmonter les personnes handicapées: l’isolement social et la pauvreté.

De mon point de vue, chaque innovation sociale naît pour deux raisons. La première, c’est le besoin. On dit souvent, « le besoin est la mère de l’invention ». Si tel est le cas, l’amour est le second parent. À travers notre projet, nous avons répondu à un besoin, mais également à l’amour de ces parents.

Pour que PLAN fonctionne sur le long-terme, nous avons rapidement réalisé qu’il était aussi indispensable d’aider et d’accompagner ces familles dans un processus qui leur permettrait de ne plus dépendre des subventions gouvernementales. Cette réalisation nous a conduit à faire de PLAN une entreprise sociale indépendante.

À ses débuts, le projet était très précaire. C’est progressivement que nous nous sommes rendus compte de sa valeur ajoutée: tous les parents désiraient un testament et une assurance vie. De là, nous avons trouvé un moyen de vendre cette propriété intellectuelle à des banques, des coopératives de crédit et des cabinets juridiques ; les familles représentant une clientèle suffisamment large et prête à signer. Voici le point de départ du premier plan d’épargne officiel pour handicapés officiel (Registered Disability Saving Plan)

 

 

Vous faites partie des fondateurs du Social Innovation Generation (SiG). Comment cette organisation soutient-elle les innovateurs sociaux et ce domaine?

 

PLAN, en tant qu’organisme, a très vite attiré l’attention et les récompenses au Canada. De nombreuses fondations souhaitaient prendre part au financement du projet. Notre travail a également été reconnu par Ashoka, et j’ai été élu à titre de « Fellow » du réseau. Malgré ce succès, nous n’étions pas entièrement satisfaits : nous nous sommes rendus compte qu’il nous faudrait une centaine de vies pour arriver à faire une véritable différence en matière de pauvreté et d’isolement des personnes handicapées. Malgré les nombreux succès sur le court terme, aucun impact à long terme permettant d’améliorer concrètement la situation n’était perceptible. Après une longue réflexion, nous sommes arrivés à la conclusion que nous devions quitter PLAN, afin de travailler à une autre échelle.

À ce moment, la Fondation J.W. McConnell est venue à notre rencontre. Ils rencontraient un problème similaire et se questionnaient sur la durabilité de l’impact des projets qu’eux-mêmes finançaient. Nous avons donc exploré ensemble de nouvelles solutions et c’est ce qui nous a mené à la création de SiG. Avec ce projet, notre objectif était de soutenir les jeunes entreprises à succès ayant déjà fait leurs preuves, et de les aider à se développer à une échelle plus large. Il s’est avéré que c’est bien plus difficile que ce que nous pensions. Cela nécessite souvent de laisser la structure initiale afin de se déployer à un niveau où tout le monde peut en bénéficier. C’est là que réside le véritable défi.

Il est également important de ne pas toujours chasser la nouveauté mais bien de reconnaître l’existence de nombreuses solutions et innovations sociales répondant déjà à certains défis majeurs.

 

 

Votre nouveau livre parle de la durabilité des impacts et de six tendances permettant de répandre une innovation sociale. Comment ces dynamiques interagissent-elles ?

 

Tout d’abord, il est important d’utiliser le terme de « tendance » et non de « stratégie ». Quand on aborde une question sous l’angle d’une stratégie, cette dernière est un moyen de se rendre d’un point A à un point B. Cependant, dans le cas des innovation sociales, il n’y a pas de point B : nous gravitons davantage dans un monde caractérisé par l’incertitudes et l’ambiguïté.

À l’inverse, penser en termes de tendance permet de souligner l’importance des connections et des relations existantes entre différents évènements. Cela permet de faire le lien entre différents points de contact et de faire ressortir des tendances bien plus profondes. C’est donc en étant plus attentifs aux tendances que nous pouvons mieux gérer les surprises et les imprévus.

Avant même de présenter les six grandes tendances identifiées dans mon livre, j’aimerais souligner un élément nouveau : nous avons aujourd’hui besoin de créer des « mouvements de mouvements ». Si l’on accepte le fait qu’il existe déjà suffisamment d’innovations sociales et d’entreprises sociales qui fonctionnent, le plus grand défi réside dans le fait de développer ces innovations et de travailler ensemble. Cela signifie collaborer avec ses alliés et ses amis, mais également avec des inconnus et des adversaires. Ces mouvements sont les meilleurs moyens de penser de manière inclusive: Ils incluent bien évidemment les innovateurs sociaux, mais aussi, et surtout, l’ensemble des individus. La contribution de chacun au mouvement dépend alors d’une responsabilité personnelle ou organisationnelle.

Par exemple, dans le monde du handicap, des centaines d’organisations travaillent de manière indépendante, d’où un manque de communication pouvant expliquer que certaines de leurs actions peuvent prendre des directions opposées. C’est pourquoi la première étape consiste à créer un mouvement de prise de conscience parmi l’ensemble des acteurs de ce domaine. Cependant, on doit aussi réaliser que les problématiques que rencontrent les personnes impliquées dans le monde du handicap sont similaires à celles rencontrées par les personnes travaillant avec par exemple les personnes âgées. C’est ainsi qu’il existe ainsi une possibilité de créer un mouvement entre ces différents secteurs afin qu’ils joignent leurs forces. Peu importe le domaine, le premier problème reste celui de l’isolement social. C’est donc la création de ce mouvement qui permettra de répondre de manière plus efficace au défi de l’isolement.

 

 

Vous avez été nommé à l’Ordre du Canada avec votre épouse Vickie Cammack. Qu’est ce que cela signifie pour vous et pour le secteur de l’innovation sociale?

 

Cette nomination est bien sur une source de grande satisfaction pour mon épouse et moi-même. Cette nomination s’est également avérée très intéressante. Nous la voyons comme une opportunité de renouer le contact avec des personnes que nous avons pu « blesser » du fait de notre travail. L’Ordre fut donc un excellent appel à la réconciliation.

En parallèle, j’essaie également d’utiliser cette notoriété pour répandre et faire connaître les nombreuses innovations sociales qui continuent de voir le jour. Aujourd’hui, ma mission est de mettre en lumière l’excellent travail réalisé, notamment par les jeunes générations. Ces derniers bénéficient rarement de la reconnaissance et des opportunités qu’ils méritent pour le travail effectué. Mon but est donc de convaincre les Canadiens de leurs talents, de leur ingénuité et de leur créativité.

 

 

 

 

0 0 298 10 juin, 2015 Local MTL, Parcours juin 10, 2015

Facebook Comments

Articles sur le même sujet