Dresser le nouveau portrait de la microfinance
Posted by

Dresser le nouveau portrait de la microfinance

La sixième édition du Baromètre publié par Convergences présente « le visage d’une microfinance toujours plus innovante et qui s’engage avec ambition sur la voie de la révolution numérique ».

 

Cette étude récente propose de faire l’analyse du potentiel que représente la microfinance dans une perspective d’inclusion financière. Les recherches présentées mettent en avant l’évolution rapide de ce secteur et sa transformation par la digitalisation des pratiques de microfinance, résultat de l’arrivée de nouveaux acteurs et de l’émergence de nouveaux canaux de distribution.

 

« La micro-finance cherche à donner accès à des services financiers aux personnes qui sont exclues du système bancaire et financier traditionnel, à savoir principalement une partie importante de la population des pays en développement mais aussi de manière encore très limitée les populations très défavorisées des pays développés. La principale activité de la micro-finance est l’octroi de microcrédits devant souvent permettre de démarrer et de soutenir des activités économiques de petite taille. Enfin la micro-finance ne se limite pas au microcrédit mais cherche à proposer une plus large gamme de produits financiers, notamment à travers la micro-épargne et la micro-assurance. » (Définition du journal économique Les Échos)

 

Microfinance, bancarisation et performance sociale  

Pour commencer, le baromètre fait référence au Global Findex, dernier rapport de la Banque Mondiale sur l’inclusion financière. Cette étude publiée en avril 2015 souligne les progrès réalisés à l’échelle mondiale en matière de bancarisation : Entre 2011 et 2014, 700 millions de personnes ont ouvert un compte auprès d’une institution financière ou d’un prestataire de services par téléphonie mobile. Sur cette même période, le taux de bancarisation est alors passé de 51% à 62% d’adultes dans le monde possédant un compte bancaire.

 

Finance numérique, innovations technologiques et inclusion financière

La seconde partie du Baromètre explore en détails les enjeux que représentent la finance numérique dans un contexte caractérisé par l’émergence de nouveaux acteurs et la création de nouveaux canaux de distribution alternatifs. L’objectif est de comprendre dans quelle mesure ces innovations – qu’elles soient d’ordre technologiques ou organisationnelles – peuvent s’intégrer dans une perspective d’inclusion financière.

 

  • Au Sénégal et à Madagascar, c’est la création d’un nouveau réseau d’agents qui a permis le déploiement de pratiques bancaires nouvelles auprès des populations les plus isolées ;
  • Au Cambodge, c’est un partenariat entre des acteurs locaux comme le WING et le Chamroeun, soutenu par le gouvernement cambodgien, qui a permis l’arrivée progressive de la microfinance numérique et de la mise en place de nouvelles pratiques bancaires ;
  • Dans 13 pays d’Afrique et du Moyen Orient, c’est le taux élevé de pénétration du mobile qui a permis à Orange de développer des solutions de Mobile Money répondant aux besoins bancaires de la population locale ;
  • En Tunisie, c’est le Mobile Banking qui s’est imposé, éliminant toute transactions en cash grâce à un partenariat unique.

 

À ces innovations organisationnelles et technologiques s’ajoutent d’importantes innovations tournées vers le client :

  • L’utilisation de satellites pourrait révolutionner le secteur des assurances pour les petits exploitants agricoles ;
  • Le système Pay As You Go (PAYG) peut quant à lui permettre un financement souple et efficace de l’accès à l’énergie en milieu rural.

Dans une perspective d’inclusion financière, le concept de « Finance Numérique + » a également fait son apparition, s’intéressant de plus près à des projets d’accès à l’eau, à l’éducation ou encore à l‘électricité où « la finance n’est pas une fin en soi, mais plutôt un moyen afin d’aider à résoudre des défis de taille auxquels sont confrontés les pauvres sur plusieurs marchés ».

 

Microfinance en Europe

En Europe également, le secteur de la microfinance continue sa progression : Pour répondre à des défis de taille dans un contexte de crise économique sévère, « la microfinance est devenue un instrument de politique sociale essentiel pour promouvoir l’auto-entrepreneuriat, l’appui aux micro-entreprises et la lutte contre l’exclusion financière et sociale. ». À son échelle, l’Union Européenne a réaffirmé son soutien au secteur dans le cadre de son Programme Communautaire pour l’emploi et l’innovation Sociale.
Enfin, la numérisation de l’économie dans le secteur de la microfinance s’est traduite par la multiplication des plateformes de crowdfunding et le développement du prêt entre pairs.

 

Barometre2015

 

> Consultez l’intégralité du Baromètre 2015 de la microfinance.

 

0 1 499 08 juillet, 2015 International, Niouz & Enjeux juillet 8, 2015

1 comment

  1. Pingback: Dresser le nouveau portrait de la microfinance ...

Comments are closed.

Facebook Comments

Articles sur le même sujet